24 Sep 2015

La configuration minimale requise ou comment éviter les problèmes quand vous achetez un logiciel de sécurité

Conseils Produits

L’article d’aujourd’hui porte sur quelque chose d’une importance vitale, mais qui n’est pas souvent pris au sérieux : la configuration minimale requise des logiciels.

Afin de s’assurer que le logiciel fonctionne sans problème, les développeurs de software mentionnent souvent, sur leur emballage et sur leur site Internet, la configuration minimale requise pour un ordinateur. Une fois que vous avez acheté le programme, vous acceptez automatiquement que votre appareil puisse être conforme à cette configuration. C’est pourquoi vous devriez toujours la vérifier avant d’acheter quoi que ce soit : vous éviterez ainsi nombreux problèmes dans le futur.

Les produits de Kaspersky Lab ne font pas l’exception. Ils possèdent de nombreuses conditions de configuration minimale requise. Quand vous lisez la configuration minimale requise, à quoi devriez-vous prêter plus particulièrement attention ? Regardons de plus près la configuration minimale requise pour Kaspersky Internet Security.

Sur cette capture d’écran, nous avons entouré en rouge ces conditions de configuration qui, si elles ne sont pas respectées, pourraient poser des problèmes à nos clients. Je vous expliquerai en détail pourquoi chacune d’entre elles est importante.

Commençons avec le phénomène à la mode, en tenant compte du récent lancement de Windows 10 : l’incompatibilité avec le système d’exploitation. Comme vous le voyez, la liste des systèmes d’exploitation supportés est plutôt longue. Elle comprend même un vieux dinosaure : Windows XP.

Néanmoins, au cours de l’été 2015, notre équipe de service clientèle a été inondée de plaintes disant que nos produits ne s’installaient pas sur les systèmes de Windows 10. Ce n’était pas surprenant ! Si vous voulez utiliser nos produits, vous devez prendre en considération le fait que nous travaillons seulement avec les versions commerciales des systèmes d’exploitation.

Comme vous devez sûrement le savoir, Windows 10 est officiellement sorti le 29 juillet. Toutes les versions que nos clients ont mentionnées auparavant étaient des « technical preview » (préversions techniques) ou des « release candidates » (des versions pré-finales), ce qui veut dire qu’aucune d’entre elles n’était une version finale. Nous avons eu le même problème quand Windows 8 est sorti. Si vous me demandez mon avis, les versions pré-finales des systèmes d’exploitation sont plutôt dangereuses à installer sur votre ordinateur, d’autant plus si vous êtes une société.

Désormais, nos produits de 2015 et de 2016, destinés aux particuliers, supportent officiellement Windows 10 (ceux qui possèdent le patch « C »). Cette information est clairement écrite dans la section de la configuration minimale requise.

Cependant, c’est tout le contraire pour Windows XP SP3. Le nombre de « service pack » est un autre aspect important des conditions de configuration. Comme vous devez l’avoir remarqué, l’ancien service pack SP2 (qui est utilisé dans beaucoup de versions piratées de Windows XP) n’est pas conforme à nos configurations de produit.

L’ancienne version de Windows 7 n’est pas non plus conforme (pour ceux qui n’utilisent pas SP1). Ces versions de systèmes d’exploitation ne sont même pas, théoriquement, recommandées car elles possèdent beaucoup de vulnérabilités en matière de sécurité. Donc, si vous décidez d’installer un logiciel de sécurité de Kaspersky Lab, il est plutôt logique de mettre à jour votre système d’exploitation pour accéder à une version plus sûre.

Il y a des cas particuliers, par exemple, quand un utilisateur essaie d’installer un produit destiné aux particuliers sur un système d’exploitation de type serveur (comme le Serveur Windows 2011). Notons que les produits destinés aux particuliers ne sont pas conçus pour les systèmes de type serveur. Il est logique que ce type de produit soit utilisé à la maison, sur un système d’exploitation normal de Windows 8, mais pas sur un serveur. Un système d’exploitation pour serveur appartient à une catégorie spécifique séparée et exige des solutions de sécurité particulières.

Notons que la majorité des cas incompatibles proviennent des utilisateurs qui emploient des versions de systèmes d’exploitation vraiment obsolètes, ou qui sont juste curieux d’essayer quelque chose de nouveau, même un an avant le lancement officiel.

Maintenant, analysons d’autres aspects de la configuration minimale requise. Si votre système d’exploitation est compatible, vous devriez prêter attention aux conditions de configuration spécifiques au disque dur : l’espace disponible du disque et de la mémoire vive.

Il est clair que n’importe quelle application a besoin d’un espace suffisant pour être installée et pour stocker ses fichiers. Selon sa configuration minimale requise, notre programme exige un espace minimum de 480 Mo. Toutefois, pour que les autres applications, et que le système d’exploitation en soi, continuent de fonctionner, un certain espace sur le disque est nécessaire (par exemple, il est peut être requis de stocker des fichiers temporaires). C’est pourquoi, il est recommandé de garder un espace libre de 5-10 Go, dans le répertoire du système sur le disque dur, afin d’éviter les problèmes de fonctionnement.

De plus, la réactivité du système et du logiciel dépend de la disponibilité d’espace libre sur la mémoire vive. Je vais mettre l’accent sur le mot « libre » ici. En effet, cela veut dire qu’à tout moment, l’ordinateur devrait avoir au moins 1 Go (ou 2 Go pour les systèmes de 64-bits) de disponible sur la mémoire vive. Le volume total de la mémoire vive sur l’ordinateur devrait donc être plus important que ce qu’il est recommandé.

Dans la majorité des cas, la vielle plaisanterie selon laquelle l’antivirus « Kaspersky ralentit le système » signifie que les utilisateurs ont décidé d’installer nos programmes sur un ancien ordinateur avec une mémoire vive de 512 Mo. Ce n’est pas surprenant que le système commence à ralentir. Rappelez-vous juste que votre système Windows aurait aussi besoin d’être « plus libre » en ce qui concerne sa mémoire vive.

Il y a aussi une autre exigence spécifique : la connexion Internet. Le temps passe vite : tandis que la connexion Internet était avant quelque chose qui n’existait pas dans certains domaines,elle est désormais utilisée par tout le monde. S’il n’y a pas de connexion sans fil, nous disposons toujours des réseaux mobiles. S’il n’y a aucun des deux, il y a l’Internet par satellite.

Rappelez-vous juste que vous ne pouvez pas installer des produits destinés aux particuliers sans connexion Internet ! De plus, vous ne seriez pas capable de recevoir les mises à jour de la base de données, et certaines des nouvelles protections, comme Kaspersky Security Network, ne marcheraient pas sans contenu actif. Les bases de données sur clé USB n’existent plus : il faut donc se mettre à jour avec les nouvelles technologies !

Pour finir, parlons des navigateurs supportés et des services de messagerie électronique. Ils sont aussi compris dans la liste des conditions de configuration minimale requise, car nous avons constaté de nombreux cas où ils posaient problème. Deux raisons en sont la cause. Premièrement, tout dépend de Firefox et de Chrome, les deux navigateurs les plus populaires.

Les développeurs de ces deux navigateurs les mettent à jour tellement fréquemment qu’il est parfois difficile de les suivre. Même les versions à part représentent parfois un défi. Mais au fond, si nous avions décidé de suivre le rythme des développeurs de navigateur, nous aurions besoin de distribuer des patchs tous les mois. De plus, nous aurions besoin d’avoir tout un département de codeurs et de testeurs qui travaillent 24h sur 24h et 7 jours sur 7, uniquement pour assurer la compatibilité avec le navigateur.

Toutefois, comme vous le savez, notre priorité est de fournir le meilleur niveau de protection possible, c’est pourquoi on ne peut pas se permettre d’avoir un tel département. Néanmoins, nous déployons suffisamment d’efforts pour assurer une bonne compatibilité avec le navigateur. Notre version de 2016 utilise une technologie sans plugin. Elle permet à nos produits de fonctionner quelle que soit la version du navigateur. Nous nous consacrons à développer plus profondément cette approche.

Un autre facteur est la préférence personnelle. Nous savons que les navigateurs comme Opera, Yandex Browser et leurs clones se basent sur le moteur Google Chromium. Ces navigateurs alternatifs ont des utilisateurs fidèles, mais leur part est mondialement trop petite, donc nous ne voyons pas l’intérêt d’assurer une compatibilité avec ceux-ci. C’est la même chose pour les services de messagerie électronique.

Pour conclure, je vous demanderai d’étudier attentivement la configuration minimale requise avant d’acheter un produit. Il vaut mieux prévenir que guérir. Cette approche prudente vous aidera à choisir l’application, qui convient à votre appareil et vous évitera de nombreux problèmes. Nous espérons que cette application fera partie des produits Kaspersky Lab. Notre gamme de produits devient d’ailleurs de plus en plus large !